Aquaphobie : Peur de nager où je n’ai pas pied

Aquaphobie : Peur de nager où je n’ai pas pied

Bienvenue sur Aquaphobie heureuse (Ah) ! Si tu es nouvelle ici, tu voudras sans doute lire mon GUIDE GRATUIT « Les 5 essentielles pour être heureux dans l'eau » qui répond aux problèmes courants quand on commence à apprendre à nager : Clique ici pour télécharger le guide gratuitement !

Les symptômes de l’aquaphobie 

Ce matin, je me suis levé très tôt pour écrire ces lignes sur l’ aquaphobie. Tu dois probablement dormir (à part si tu travailles de nuit !).

Du reste, j’ai l’habitude de me lever à 5h30, mais aujourd’hui c’est différent, c’était beaucoup plus tôt. J’ai rêvé, ou plutôt cauchemardé que je chutais d’une hauteur de 60 mètres.

aquaphobie

 

Ce n’est pas la première fois que je vis ce scénario nocturne en matière d’ aquaphobie. Je ne sais pas pourquoi. En fait, si je sais, j’ai horreur que mes pieds quittent le sol. Ne pas avoir mes pieds bien ancrés par terre m’angoisse.

Je t’avoue que je n’aime pas effectuer des plongeons pour cette raison !

aquaphobie

 

Donc mes cauchemars sont toujours en liaison avec une chute, un saut en parachute ou en parapente.

Est-ce la même chose pour toi ? Par exemple dans l’eau, as-tu peur de quitter les pieds du sol ?

 

Quelles sont les raisons de ta peur de l’eau profonde ?

 As-tu peur de nager où tu n’as pas pied ? Si oui, il est important que tu me dises pourquoi ?

En somme, que ressens-tu lorsque tu te diriges dans le grand bain ? Comment réagis-tu quand tes pieds quittent le sol ? Crispée, anxieuse, contente ou stressée ? (Laisse-moi un commentaire).

Par expérience avec mes élèves, je sais qu’en plus de quitter les pieds du sol, tu as de l’appréhension à aller voir ce qu’il se passe au fond du bassin. De peur d’être absorber pas celui-ci (peurs inconscientes), n’est-ce pas ?

Alors, c’est sûrement une angoisse associée à un sentiment d’impuissance, ou une honte lointaine liée à une situation d’humiliation précise (ex. lorsqu’on t’a sorti brutalement du bassin et que tu as croisé les regards moqueurs de tes copines de classe), ou enfin de la culpabilité persistante.

L’essentiel est d’en être conscient de cette aquaphobie pour corriger cette situation inconfortable.

aquaphobie

 

L’essentiel est d’être conscient de son inconscience 

Notons que le conscient et l’inconscient se manifestent au même moment pour parfois se mélanger quand il s’agit d’ aquaphobie. Je l’ai remarqué quand j’enseigne la natation à un enfant et ses parents.

En fait, une problématique chez le premier est souvent présente chez le deuxième. Si la mère a peur de mettre la tête dans l’eau et qu’elle n’en connaît pas l’origine (peurs inconscientes), son enfant ne voudra pas s’immerger non plus !

C’est-à-dire que l’inconscient de l’enfant est aussi présent que son conscient. Pour preuve, il ne sait pas pourquoi il ne peut pas mettre son visage sous l’eau.

À chaque fois que tu prends le chemin du grand bain (donc de la profondeur), un sentiment de régression, de tourmente et d’étouffement t’envahit. Difficile d’agir et de progresser dans cette situation… mais la solution est proche pour vaincre ton aquaphobie.

On ne se connaît pas, je ne sais ce qu’il s’est passé pour toi dans le grand bain, mais si tu as :

  • de l’anxiété à évoluer à 2 mètres de profondeur
  • peur de regarder le fond de l’eau
  • l’angoisse d’aller où tu n’as pas pied, car tu ne sais pas comment rejoindre le bord

… alors ton équilibre émotionnel est à optimiser davantage avec des techniques efficaces pour savoir nager.

aquaphobie

 

Donc, sois patiente ! Ça viendra prochainement, mais maintenant j’aimerai te partager quelques éléments afin de t’accompagner au mieux dans ta renaissance aquatique. Garde ça pour toi, c’est cadeau !

Reconnaitre son aquaphobie pour renaître

Premièrement, ton inquiétude de la profondeur en aquabhopie est positive, car, de fait, tu ne tentes pas de la dissimuler sous un égo démesuré ! D’ailleurs, ce serait une grave erreur pour progresser. Accueille cette crainte et digère là à ton rythme.

De plus, le deuxième avantage à recevoir ce trouble est qu’il te permet d’identifier tes besoins profonds.

En somme, en comprenant nos peurs, on identifie précisément ce qu’il nous manque pour les dépasser; tu as compris qu’il te faut des outils précis pour accéder au bien-être et à l’autonomie. Ainsi, un puissant sentiment de sécurité se révèlera dans ta pratique aquatique.

Forte de ces informations sur ton aquaphobie, tu es prête à exploser tous tes blocages en commençant ton apprentissage par des étapes cohérentes et réfléchies par ton coach (ex. : immersion, relâchement musculaire, quitter les pieds du sol, se laisser flotter, etc…).

Avant d’aller plus en détails, je souhaite connaître les causes de ta peur dans l’eau. C’est vrai, c’est important pour moi, même s’il ne faut pas s’y attarder des lustres…pour toi!

Écoute ce podcast, tu y trouveras peut-être les réponses.

                                                             

 

Ton histoire personnelle avec l’aquaphobie

Alors, raconte-moi les raisons de ton « hyper sensibilité » dans le grand bassin. Je t’écoute, on t’a poussé quand tu étais en classe natation ? Tu as bu la tasse, tu as eu très peur à ce moment-là ?

Parfois, il est question d’angoisse transgénérationnelle. Si tu as vu par exemple ta mère ou ta grand-mère en crise de panique dans la piscine, ce sentiment d’insécurité avec l’eau t’accompagne en permanence sans savoir toujours pourquoi.

aquaphobie

 

Plus tard, tu n’oseras pas parler à ton entourage de cette aquaphobie et tu refuseras leur invitation à la mer au mois d’aout pour éviter d’être ridicule !

Souvent, mes élèves me racontent la même histoire : une copine m’a poussé en pensant que ça allait me faire rire. C’est vrai que cette blague est excellente…pour celle qui la fait !

Alors, si actuellement tu suis des cours, j’espère seulement que ton professeur est avec toi dans l’eau, tout au moins les premières séances.

À cet égard, si tu connais mes articles ou/et si tu t’es offert mon livre sur l’aquaphobie, alors tu sais que j’insiste souvent sur cette proximité, qui est pour moi nécessaire et indispensable. Je n’ai pas le temps de développer les raisons ici, mais sache que tes progrès en aquaphobie seront beaucoup plus rapides avec une personne compétente et bienveillante à quelques centimètres de toi.

aquaphobie

 

Enfin, avant de te quitter, je te révèle mes 3 secrets issus de mon expérience pour ne plus avoir peur en profondeur. Ils te feront évoluer vers le grand bain avec assurance.

En effet, juste par l’expérience et l’observation, j’ai pu améliorer mes techniques afin de pulvériser l’ aquaphobie de mes élèves. Et sans leur sincérité, leur volonté et leur persévérance, je n’aurais pas ces résultats incroyables. Merci à eux !

 

1er conseil pour vaincre son aquaphobie : lâcher prise

Toutes techniques pour être zen dans l’eau comme la flottaison, l’immersion ou les déplacements, acquis où il n’y a pas beaucoup d’eau, seront transposables dans le grand bassin.

Tu as bien lu ! Tu as juste à faire la même chose dans le grand bain.

Partant de ce fait, toutes les semaines que tu as passé à t’améliorer dans le petit bain sont une rampe de lancement pour te faire décoller dans le grand bain et vaincre ton aquaphobie ! Cool non ?

En effet, la solution est de dupliquer ce que tu sais dans la profondeur avec par exemple des exercices de mobilité (passer du ventre sur le dos et du dos sur le ventre), faire des petits plongeons canard pour aller chercher un objet…

aquaphobie

 

Après quelques semaines de cours intensifs en aquaphobie, tu as l’embarras du choix. Fais-toi plaisir.

C’est une bonne nouvelle pour toi ? Oui, à condition que tu sois focalisée sur ton ressenti, tes besoins et que tu sois dans le lâcher-prise (ne pas insister trois heures sur un exercice que l’on ne réussi pas).

Tu es étonnée d’entendre ce dernier conseil de la part d’un maître-nageur. Tu aurais préféré que je te dise qu’il ne faut rien lâcher et répéter et répéter tant que tu ne réussis pas ?

Comme je dis ce que je pense, je te dis non ! Ce n’est pas la bonne solution, car insister sans voir de résultats développera chez toi de la frustration et du découragement.

Au contraire, « fais ce que doit et advienne que pourra » et une bonne approche pour vaincre son aquaphobie. Reproduis au mieux ce que te montre ton coach et basta ! Si tu n’y arrives pas, de suite passez à autre chose, la prochaine séance sera la bonne, crois-moi.

L’avantage avec cette stratégie est que tu ne te mets pas la pression (ex. : ne pas te dire à toi-même « il faut que je sache ça dans moins d’une heure »), tu es plutôt dans le moment présent, état indispensable pour ressentir.

Oups ! J’ai oublié de préciser une chose importante : ton expérience dans le petit bassin et celui dans le grand bain seront différents sur le plan émotionnel.

Par ailleurs, si tu t’es déjà déplacée « par erreur » où tu n’as pas pied, alors tu sais de quoi je parle. Ton cœur se met à battre fort et ton histoire personnelle avec l’eau résonne avec ce que tu fais.

Par ailleurs, afin que ton séjour dans la grande profondeur soit un bouquet d’artifice de plaisirs et un succès mémorable, je t’invite à :

  • être focus sur le relâchement de tes muscles
  • donner le maximum, mais sans attendre de progrès rapides
  • réaliser que le grand bain est la dernière étape avant ton autonomie aquatique (d’ailleurs bravo pour ton parcours !)
  • Amuse-toi dans le petit bassin après chaque cours pour te récompenser

Enfin, relis ce qui suit avant d’aller à la piscine afin d’avoir ces astuces en tête pour vaincre ton aquaphobie !

 

2ème conseil pour vaincre son aquaphobie : prendre de l’altitude

Dans le grand bassin (au moins 2 mètres), les deux mains sur le bord tu inspires fortement avant de bloquer ta respiration.

Lentement, tu t’allonges sur l’eau (en imaginant ton lit) relâche ta nuque et tes bras (tes mains sont toujours accrochées au bord).Ainsi, tu contempleras le sol en imaginant que tu planes dans les airs. Cette sensation de légèreté t’apaisera et te rendra joyeuse !

À ce propos, des personnes me confient parfois qu’elles ont l’impression de regarder la terre de l’espace. C’est tellement incroyable pour elles d’avoir réalisé cette performance que l’émotivité les empêche d’exprimer cette révolution.

aquaphobie

aquaphobie

À ce stade, plus besoin de lutter pour rester à la surface de l’eau et vaincre l’ aquaphobie, il suffit de se laisser aller…et flotter. Le bien-être se manifeste.

Au fond (jeux de mot moyen, je sais !!!), tu réalises que tes poumons sont comme un gilet de sauvetage.

Cette information sensorielle vient s’ajouter dans ta bibliothèque aquatique, dans ta boite à outils kinesthésique. Tu connais de plus en plus de choses, car tu les expérimentes. 

 

3ème conseil pour vaincre l’aquaphobie: s’aider de l’échelle

Allons plus loin, je te propose de descendre le long de l’échelle du grand bain, tu t’efforceras à aller jusqu’au fond et toucher le sol, tout ça en expirant. Alors, tu donneras un grand coup sur le sol des deux pieds pour remonter rapidement en surface.

Tout bien pesé, tu sais dorénavant que le sol ferme sur lequel tu t’es appuyée est un allié, même un ami sur lequel tu peux t’appuyer (c’est le festival des jeux de mots !!!).

Je devine à quoi tu penses…Il y a quelques jours tu avais peur de descendre au fond, de peur d’y être absorbé par le fond (c’est l’inconscient fantasmagorique), et aujourd’hui tu souris de ce souvenir.

Afin d’étoffer tes connaissances en aquaphobie, tu peux renouveler l’expérience en gardant l’air dans tes poumons. Lâche l’échelle une fois en bas et tu seras étonnée de remonter à la vitesse de la lumière. Tu ressembleras à une montgolfière chargée !

aquaphobie

Une sensation de sécurité et un champ de possibilités se liront dans ton regard lumineux.

 

La question fatidique : comment flotter à la verticale ?

S’il y a une question que l’on m’a posée des dizaines de fois, c’est celle-ci :

« Thierry, comment fais-tu pour rester à la verticale la tête hors de l’eau aussi longtemps ? »

On appelle cette figure la sustentation aquatique. Une fois maitrisée, cette posture fera disparaître ton aquaphobie en général et ton anxiété liée à la profondeur en particulier. Tu crois que j’exagère ?

Comment se maintenir droit comme un « i » à la surface de l’eau, et à quoi ça sert ? Bonne question !

aquaphobie

 

Tout d’abord, j’enseigne la sustentation aquatique aux personnes que j’aide, car elle permet de :

  • passer du ventre sur le dos (c’est la position entre les deux)
  • respirer quelques secondes et récupérer si on est loin du bord
  • d’éviter un nageur venant face à nous (ça arrive souvent dans ma piscine!)
  • pouvoir remettre ses lunettes et/ou avoir une vue globale de son environnement
  • de contrôler ses arrêts et éventuellement faire demi-tour

Pour être capable de rester à la verticale, il est indispensable d’apprendre avant la brasse (ou les jambes de brasse). Eh oui, cette position verticale en mouvement est en réalité de la brasse…mais debout.

C’est pour cette raison que dans le petit bassin, tu vas répéter tes ciseaux de brasse avec une planche dans les mains, la tête dans l’eau, à l’horizontale bien sûr.

Ensuite, cette fois en grande profondeur, tu amélioreras ces ciseaux en tenant le bord. Quand tu le sentiras, tu lâcheras une main du mur (en accélérant avec les jambes) puis l’autre main pour réaliser ta brasse verticale.

Conseil : expire fort en restant bien droit lorsque tu pousseras sur les jambes, ça t’évitera l’asphyxie !

Ne vas pas plus vite que la musique (rappelle-toi mon conseil plus haut) ça ne sert à rien, un arbre ne pousse pas en deux jours, n’est-ce pas ? Take your time, calm down !

Enfin pour commencer, je t’invite dès demain à te laisser flotter dans le grand en t’agrippant au mur (annule le poney et va à la piscine !!!). J’attends tes commentaires.

« Quoi de plus lucide que la peur »
Maurice Gagnon

À ce Propos :

Cet article t'a plu ? Si tu souhaites aller plus loin, télécharge vite mon GUIDE GRATUIT « Les 5 essentielles pour être heureux dans l'eau », même si tu n'as jamais appris à nager !: Clique ici pour le télécharger tout de suite !

Cet article a 3 commentaires

  1. Bravo pour votre article que j ai parcouru sans vraiment le lire mais je vais le faire ce soir . Je me reconnaît tout à fait …J aime bien l eau mais peur panique quand je nai plus pied…j’ai déjà fait un we avec l association « le pied ds l eau  » j’ai réussi à plonger ds le grand mais je ny arrive plus ..la peur est revenue .

    1. Coucou Deq,
      merci pour ton message.
      Je connais bien l’association « Le pied dans l’eau » car j’ai collaboré avec eux sept ans. Ils sont sérieux et professionnels.

      Ta peur est revenue car tu t’es probablement éloigné des piscines pendant un temps, et de ce fait tu t’es coupé sur le plan du ressenti (indispensable pour progresser). Pas de panique, cela arrive souvent, je te conseille de reprendre à ton rythme des cours avec la piscine de ton quartier (observe les maîtres nageurs avant et choisis en un qui aime ce qu’il fait!), ou recontacte « Le pied dans l’eau » de ma part. Bonne journée. Thierry

Laisser un commentaire

Fermer le menu